Accueil du site > LE GROUPE VTT > Souvenirs > Les Raids > Les Folies Malviennes 2008

Les Folies Malviennes 14-15 juin 2008

Les 24H VTT par équipes à Mauves sur Loire, raconté par Patrick Charron

Le VTT en fête à Mauves, tel était le titre de l’article de Presse Océan du 16 Juin, Il faut dire que les organisateurs se sont une nouvelle fois donnés à fond pour nous offrir un week-end formidable, je les en félicite de nouveau.

Dossard n° 138, notre équipe les Coyotes participait pour la 2ème année consécutive à cette manifestation dans l’espoir inavoué de finir dans les 15 premiers (pourquoi pas ?). L’équipe, toujours constituée de Fabrice, Alain, Guy et moi-même voyait ses rangs complétés par deux nouveaux venus : Philippe et Vincent.

C’est le plus sérieusement du monde que nous avons préparé cette compétition. Le jour J, nous nous étions donné rendez-vous à 9h au pont de Mauves. Notre arrivée sur le site nous a permis de constater que les équipes avaient préparé leur campement avec beaucoup de sérieux (barnums imposants, bâches en tout genre, barbecue, pour certains apéros bien fournis…). Il faut dire que l’édition 2007 avait laissé des souvenirs très humides, beaucoup d’équipes recherchaient donc un certain confort.

Installation faite, ce fut le déjeuner vers 11h puis le repérage du tour de 7,5km. Quel plaisir de faire cette reconnaissance sur terrain sec !

14h approche, la foule est là. Les 162 pilotes font face à leur monture attendant le Go des organisateurs qui se font un plaisir de faire monter la température. Et le départ est donné façon 24 h. C’est Vincent qui chez nous ouvre le bal. Il faut dire qu’il est notre locomotive et que les départs canons, ça le connaît. Bref, d’entrée de jeu, celui-ci se place aux avants-postes. Je me mets en position sur la zone de relais car je suis le suivant et j’attends son retour. Celui-ci s’effectue bien sûr très rapidement et je m’élance. C’est un terrain sec sur lequel j’évolue. Quel bonheur !

Et j’enchaîne lignes droites, virages en bordure de prairie ou de vignes sur les hauteurs de Mauves et ça accroche de partout. Le chemin est coincé au début entre la route et le fossé, puis il s’élargit et me mène en limite de lotissement pour enfin rejoindre la descente qui sur terrain sec se révèle être un vrai plaisir. Elle est rapide, nerveuse, sinueuse, commençant par une pente brève et brutale qui se négocie vite pour amorcer tous les enchaînements, les trous qui nécessitent une conduite très souple et très en mouvement sur le vélo : un régal ! La sortie est faite pour les grosses jambes qui peuvent envoyer du braquet sur le bitume pendant 300 mètres puis je passe sous la voie ferrée pour rentrer dans le pré Ripoche où alternent chemins larges, monotraces en prairie, en sous-bois (où nous passons devant les commissaires pointeurs). Enfin, je sors du pré pour relancer comme un fou sur la grande plaque et gaz pendant pratiquement 2 kms sur le chemin de halage longeant la Loire et ça va vite, très vite. Par contre, ce qui m’attend au bout de cela va moins vite, beaucoup moins vite, une petite montée de 1400 m avec un pourcentage de 10/12% en moyenne qui s’achève par un « Coup de cul » de 18%. Ca fait mal, très mal, mais le cadre est super sympa à travers cet espace boisé et le long d’un profond ruisseau (ambiance montagne). Au sommet de cette montée infernale, je jette mes dernières forces pour rejoindre la zone de relais, passer le témoin à Philippe et le voir partir à son tour le couteau entre les dents et profiter d’un juste repos.

L’équipe enchaîne les tours avec une régularité entrecoupée de quelques petits problèmes techniques (crevaison pour notre Alain national) qui se retrouve contraint à faire un petit footing avec son Cannondale du bas de la montée jusqu’à l’arrivée soit pratiquement 2 kms (à fond la forme !). Nous faisons un seul tour chacun jusqu’à l’arrivée de la nuit où nous fonctionnons en binôme et alternons chacun trois tours, ceci permettant aux autres de dormir un peu plus longtemps (environ quatre heures de répit).

Samedi, en fin d’après-midi, nous sommes 19ème au général mais doucement nous grappillons des minutes et remontons dans les places. Nous nous battons également pour la 4ème place au classement par équipe de 6, tenue par les n°72. Puis arrive la nuit et vers 3 heures du matin, la pluie doucement fait son apparition. C’est pas possible, je rage, j’enrage ! Ça recommence comme l’année précédente, on va encore être « crotteux » ! Mais n’oublions-pas, c’est du VTT que nous faisons. Et là où cela corse un peu l’affaire de tout le monde, c’est encore notre belle descente bien-aimée (enfin jusqu’ici…) car avec un sol dur en dessous, le revêtement de surface devient par contre boueux et transforme ainsi cette portion en véritable savonnette la rendant très dangereuse. Nous la passons sans encombre les uns après les autres, à part Fabrice qui voulait probablement savoir ce que cela faisait de passer par dessus le vélo, mais plus de peur que de mal.

La course se poursuit dans ces nouvelles conditions, incitant certaines équipes au petit matin à abandonner (et bien les ptits gars, c’est-y qu’on aurait peur de ce salir, maintenant ? On est pas des cyclos que je sache !). Bilan , nous sommes 11ème au scratch et 3ème par équipe de 6. Nous tenons une place pour le podium et ce avec un bonus de 15 mn sur les poursuivants : l’équipe Vigneux A n°39. Quant à la 1ère et 2ème places, elles sont totalement inaccessibles, respectivement tenues par nos amis les Mulets n°49 et le VC de l’Euvron n°111 avec pas loin de 6 tours d’écart sur notre équipe. Donc nous concentrons toute notre attention sur les 4èmes.

Vers 10h, la pluie cesse. Très vite la piste redevient plus sûre. Guy a un soucis de dérailleur qui lui fait perdre pas loin de neuf minutes qui redonnent de l’espoir aux n°39, mais la fin est proche et nous donnons tout ce que nous avons pour conserver l’écart de 6 mn. Et c’est ainsi que bouillonnant de joie, Alain, le poing rageur passe la ligne d’arrivée en nous permettant de conserver cette 3ème place dans notre catégorie et la 11ème au général. A nous le podium !!

Enfin, je peux me délecter d’une délicieuse « petite mousse » dans un état d’euphorie égal à celui de mes camarades.

Merci, merci à vous 5 : Alain, Fabrice, Guy, Philippe et Vincent, mes amis pour cette équipe de Coyotes. Tout particulièrement à Philippe et Vincent qui nous ont permis de nous inscrire in extremis !

Merci aussi aux organisateurs d’avoir organisé un tel événement majeur et unique dans notre département, d’avoir donné un aspect festif avec les concerts les soirs, des groupes déambulant sur tout le site nous accompagnant d’une touche musicale. Merci pour votre réactivité face aux évolutions de la course.

Un détail auquel on ne fait peut-être pas attention, mais l’esprit vert du VTT n’est pas un vain mot. En effet, il suffisait de regarder autour de nous sur le site pour constater que très peu de déchets traînaient au sol. Bravo à tous les participants et au public.

Bravo encore et peut-être à l’année prochaine.

Un Coyote